Article LE MONDE
Retour à Actualités

Article LE MONDE

"Jean-Luc Ponty, violon de légende, aux Musicales de Cormeilles en Pays d'Auge"

par Francis Marmande, journal "Le Monde" (France - 19 août 2013) 

Extraits:

Grand concert de clôture des Musicales de Cormeilles en Pays d'Auge (Eure) : Jean-Luc Ponty, violoniste historique, avec son quartet habituel, William Lecomte, piano, Damien Schmitt, drums, et le compagnon de route depuis vingt ans à la basse, Guy N'Sangué Akwa...aussi doué que fou de musique, Ponty n'a jamais cessé de quitter la route ordinaire...au salut, Jean-Luc Ponty, toujours menu, cheveux blonds et sel, ne dépare pas parmi ses trois partenaires. Ils ont au moins tente ans de moins que lui. En scène, il garde cer ait sérieux de premier de la classe qui aurait pris la tangente. Il rend la musique folle. Toujours la même attaque à l'archet, Ponty joue comme il a toujours joué. Sous ses airs fragiles, ce qu'il aime, c'est le groove, la perfection et le tempo : "faire chauffer la colle:, "envoyer du bois", comme on dit aujourd'hui. Lui, il ne parle pas comme çà, mais il sait. Il s'étonne que ses dernières prestations aient renoué avec le classique. Il s'étonne de tout. Au Châtelet à Paris...François Lacharme lui propose de se faire accompagner par un orchestre symphonique (Pasdeloup). Fidèle à son passé et à la science du jeu, Ponty invite Biréli Lagrène (guitare) et Eddy Luoiss (orgue). Mais pour le classique, il doute, il pense que les classiques continuent à le tenir à distance. Il finit par accepter ...et en sort transporté...on l'invite à récidiver au Brésil, en Biélorussie, en Sibérie" "C'est drôle, les jeunes classiques ne se méfient plus de moi." Serait-il donc le dernier à ne pas savoir que le monde a changé et qu'il a contribué à le faire changer ? Il joue toujorus ses deux violons électriques, le bleu acier et le vernis brun, signés Barcus Berry.

Rayonnant, explosif, aussi délicat sur les harmoniques que présent dans les gros tempos, Guy N'Sangué Akwa, d'origine camerounaise (grande école de bassistes), indique un des secrets du groupe et de la musique de Jean-Luc Ponty : l'allant, le sérieux, la joie de jouer, l'intrépidité...